Prophétie du fléau des mages

Description:

Les Dieux aiment les hommes forts et valeureux
Mais il importe une âme sans corruption.
Pour les plus pieux, les Dieux se montrent généreux
Alors de dons ils bénissent les dévotions,

Ce panthéon offre des présents variés
Au nom de l’un d’eux on soigne les blessures
Au nom de l’autre on allume un brasier
Et bien plus encore si notre voeu est pur.

Si l’on a fait preuve d’une foi sans faille
Que l’on dorme dans la soie ou sur la paille
L’on détiendra des déités la puissance!

Mais garde! Que nul ne manque à leur endroit!
Oh! Que nul n’oublie que dans leur bienvaillance
Ce qu’ils nous accordent est un don, non un droit!

Mais certains mortels jaloux de ce parti pris
À eux seuls sans l’aide des Dieux ou des Esprits
Décideront de s’approprier des pouvoirs
Tels que personne auparavant n’auraient pu voir

Inouïe est la force de ces connaissances
Mais c’est rarement seule que vient la puissance
À sa suite, sa compagne de perdition
Une soif dévorante et sans fin: l’ambition

Ces nouveaux acquis à tous porteront malheur
Ce feu brulant au creux de leurs mains avides
Est le plus corrosif de tous les acides

Mais il n’attaque point le corps, plutôt le coeur
Alors ce poison qu’est leur désir les rongera
Et finalement, la Guerre commencera.

Les mages avec leurs nouvelles habilités
Attireront à eux ceux en quête de gloire
Ils auront adeptes et suivants en quantité
Et formeront une armée de leur auditoire

C’est du couchant que commencera la conquête
Ils iront par les hameaux, bourgades et villages
Soumettant, grossissant leurs rangs dans ce voyage
Ou détruisant tous ceux contestant leurs requêtes

Ils se heurteront à de vaines résistances
Toujours plus forts ils renverseront la noblesse
Victorieux avec une terrible constance

Ils détroneront les rois poursuivant vers l’Est.
Très vite, d’Ishtar ils seront les seuls seigneurs
Et de Malvin-Tern les cruels envahisseurs.

Durant des siècles l’Arcane dominera
Toute entière Vertalia leur appartiendra
Ils organiseront leur cour, crééront leur loi
Désormais les mages remplaçeront les rois

Cependant en ce monde rien n’est éternel
Les fiers guerriers de l’Est, las du joug des sorciers
Prendront leur armes trop longtemps abandonnées
Et de leurs terres chasseront les infidèles

Les tyrans repoussés par-delà l’océan
Seront enfin perdants. Battus, mais non vaincus
Ils resserreront leur emprise sur l’occident

Déterminés à rester maîtres absolus
Ils commettront le plus odieux de leurs affronts
Aux Dieux; celui assurant leur domination.

Les Dieux, par l’arrogance des mages, insultés
Parmi les mortels enverront un combattant
Au milieu de ses ennemis viendra l’enfant
Dont la destinée est de tous les renverser.

Tous les ans, entre la lumière et la nuit
Par deux fois également le ciel se divise.
Sept jours plus tard, Phébus, à l’heure précise
Où il atteint son zénith, sera englouti.

C’est la lune qui rejoindra son amoureux
Et leur céleste danse entrainera sur Terre
L’occasion pour un évènement des plus heureux

C’est là que naitra des magiciens l’adversaire
C’est là qu’elle naitra, en l’heure la plus noire,
Cette fillette qui nous redonnera espoir.

C’est bien sous l’apparence d’une frêle femme
Que viendra au monde l’élue des déités
Mais cette faible enveloppe mortelle est dotée
De trois dons divins qui éclaireront son âme

Le premier cadeau est une arme redoutable
Dont elle devra user avec diligence
Elle permettra de combattre avec vaillance
Ses ennemis avec une force comparable

Le second présent est imprimé sur sa peau
De Malvin-Tern à Ishtar, sur terre ou sur l’eau
Grâce à lui, jamais elle ne sera perdue

La dernière faveur est la plus mystérieuse
Elle est la clé pour rendre l’élue victorieuse
Lorsque les Dieux jugeront le moment venu.

L’élue devra montrer sa détermination
Elle aura des déités l’indéfectible appui
Hélas, rien n’est gratuit! À ces merveilleux dons
Il existe une terrible contrepartie

Son long parcours sera couvert de nombreux corps
Autour d’elle flotte le spectre de la mort
Ennemis et alliés descendront au tombeau
À cause de l’élue et de son lourd fardeau

Mais ce ne sera pas le seul prix de sa quête
Elle payera la part du sang, la part de chair
Et la mort des êtres à son coeur les plus chers

À ce seul coût elle arrêtera la conquête.
Elle doit gagner: si elle échoue un tant soit peu
Nul ne pourra à nouveau s’élever contre eux.

Bio:

Un contenant cylindrique sur lequel est inscrit une certaine prophétie.

Prophétie du fléau des mages

Vertalia ou Le cycle de la magie LaurentTheilSanterre MarieChristineSavard