Vertalia ou Le cycle de la magie

Repos et retour sur le plan matériel

Ce matin, Nathien Ranhaume nous a servi un délicieux festin invoqué par ses soins afin que nous reprenions tous des forces suite aux épreuves que nous avons traversées. J’ai profité de ce repas pour discuter avec notre hôte, sa longévité m’intriguant au plus au point. Il m’a appris être âgé d’environ quatre siècles, il a en quelque sorte perdu le compte exact au fil du temps, ce qui peut se comprendre. Ses traits ont définitivement quelquechose d’elfiques, mais lorsque je l’ai interrogé sur ses origines, il a refusé de m’en dire plus. Il aurait cependant été dommage, et je n’ai pu laisser passer cette occasion d’en apprendre plus sur le passé, il est rare de trouver des personnes ayant pu vivre autant d’expériences.

Il m’a donc parlé de l’Empire Kitsune, une civilisation ancienne, basée majoritairement sur Ishtar et qui existait bien avant l’avènement des mages. L’empire, particulièrement puissant et dont la principale forteresse était Ban-Duathi, construite en adamantium, s’est finalement effondré sous le point de sa bureaucratie et de la corruption, mais il reste malgré tout quelques traces de cette ancienne civilisation, principalement des ruines, que Nathien Ranhaume m’a indiqué sur notre carte (la majorité se trouvant sur Ishtar, mais un petit nombre étant également situées sur Malvin-Tern. Un des point les plus intéressant de cette civilisation est qu’il s’agissait d’une magocratie, et implique donc l’existence des mages avant ceux que nous connaissons. Lorsqu’interrogé sur le sujet, Nathien Ranhaume a simplement dit que les mages existaient depuis bien avant l’avènement de ceux que nous connaissons et qu’ils sont simplement tombés dans l’oubli pendant un temps.

Sur d’autres sujets, il nous a informé que dans le plan d’Abbadon, de nombreuses créatures fomentent un complot pour afin d’éradiquer l’existance au grand complet. Il nous a également informé que, pour arrêter l’avatar de Gozreh, il faudrait sans doute l’intervention de plusieurs clercs de grand pouvoir, de dieux ou d’un certain nombre d’archanges. Il nous a aussi expliqué que le portail que j’ai traversé donnait systématiquement sur l’endroit où il se trouvait (ce qui explique qu’à ce moment, il ne donnait sur rien) et que ce palais n’étais pas à proprement parler son lieu de résidence, mais plutôt un lieu conçu par Pharasma (ou sur son ordre) afin de pouvoir le trouver et savoir ce qu’il faisait. Il semble que la déesse et lui entretiennent une relation particulière, celle-ci aimant mettre son nez dans les affaires de notre hôte, ce qui le dérange quelque peu.

Il a également avoué avoir une dette envers chacun de nous pour l’avoir sauvé, et qu’il comptait bien la rembourser de la manière qui nous conviendrait. Elsbeth et Flynn ont déjà vus leurs voeux accordés. Talok a demandé si il était possible d’obtenir quelque chose permettant d’inspirer les gens afin de reformer son ordre, Galant Anatolie a quant à lui demandé s’il était possible de nous aider à repousser l’avatar draconique qui terrorise les terres du nord. Nathien Ranhaume a répondu qu’il lui serait possible d’aider en effet, car un Draconal lui devait une faveur pour l’avoir aidé à se débarasser d’une invasion de Qlippoth. Les Draconals sont, selon ses dires, des créatures oeuvrant tels des gardiens pour le bien, et qui sont ralié à certains aspects selon leur couleur. Celui dont il était question ici se trouve être un Draconal jaune, et s’occupe donc essentiellement de l’équilibre mâle/femelle, mais est également affilié aux oracles, à la pierre, la terre et la chance. Les Qlippoths, quant à eux, sont des créatures démoniaques. En fait, il s’agit de ce qui existait avant les démons et semble avoir pour but final l’éradication de la vie mortelle car elle est celle qui a donné naissance aux démons qui habitent désormais les Abysses à leur place. Iathavos est un des seigneurs Qlippoth. L’oracle a proposé à Radiel de lui donner le nom du démon ayant maudit sa mère notre nouveau compagnon lui indiquant qu’il réfléchirait à son offre et j’ai personnellement simplement mentionné que je souhaiterais trouver d’avantage de connaissance et de sagesse tant pour moi-même que pour mon ordre. Notre hôte m’a par ailleurs assuré qu’il passerait au monastère, afin de s’y entretenir avec nos moines et d’examiner notre bibliothèque, qui je l’espère, le satisfera.

Après cette longue discussion et ce bon repas, nous avons tous décidé qu’il était temps pour nous de retourner sur le plan matériel, et c’est donc en compagnie de Nathien Ranhaume que nous nous sommes téléportés dans une dense forêt du nord d’ Ishtar. Notre compagnon nous a informé qu’assez proche de nous se situait une très bonne auberge avant de prendre congé et de se téléporter ailleurs sur ce plan. Nous avons donc poursuivit notre chemin vers ladite auberge, avec l’intention de nous diriger par la suite vers la tour de Leonard de la Tour Nord avec la ferme intention de savoir ce qui se tramait. Nous arrivâmes à l’auberge du Pain Gris à la tombée de la nuit, à l’instant même où un groupe de gens en arme en entourant un légèrement vêtu et portant un chapeau à plume en sortait. Après un échange légèrement tendu, nous sommes finalement rentré dans l’auberge suivit par le mage et ses gardes, qui restèrent un moment pour s’assurer que nous ne causions pas d’ennuis. Ils portaient comme armoirie une page vierge sur fond sable, ce qui est, nous l’apprendrons le lendemain matin de la bouche de l’aubergiste, le symbôle de Luc Havremer, le mage dirigeant la région. La nuit s’est passée sans incidents, excepté pour Talok, qui a cauchemardé une bonne partie de la nuit au sujet d’un nain portant un objet dissimulé par une aura maléfique vers une tour entouré de la même aura au sommet d’une colline. Il reconnu sur le nain le symbôle d’un chapitre du discours d’Abadar, son ancien ordre. Nous nous remîmes en route le matin. La nuit suivante, Talok fut encore perturbé par un cauchemar similaire, excepté que cette fois, un grand nombre de personnes, venant de chapitres différents (dont certains n’ayant pas existés à sa connaissance) suivait le nain.

Comments

Les armoiries des hommes étaient un écu de sable, en son coeur une page d’argent signée de gueule.

LaurentTheilSanterre Paehrin

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.